fbpx
Photographie du château de Frontenac à Québec
Fizzer Life

Vivre et travailler depuis Québec selon Marc-Antoine

Travailler pour une entreprise française depuis Québec, c’est possible ! Fizzer fait partie de ces entreprises qui fonctionnent en 100% remote. Comme expliqué ici , ce système de travail offre de multiples possibilités tant pour l’entreprise que celui qui y travaille. L’un des avantages majeurs du remote est le fait de pouvoir ouvrir le recrutement à l’étranger ou, à l’inverse, le fait de pouvoir candidater à/depuis l’étranger.

C’est le cas de Marc-Antoine dit Marco, développeur front-end chez Fizzer. Pour faire simple, c’est lui qui développe notre site web ! Marco, originaire de Québec (la ville), a intégré Fizzer en 2018 et collabore avec l’ensemble de notre équipe depuis le Canada. Six heures de décalage horaires le séparent de la France, mais elles ne représentent absolument pas un obstacle pour autant. Pour les curieux·se·s qui se demandent comment fonctionne ce mode de vie, ou pour ceux qui veulent travailler à Québec, Marco vous dévoile ses « best practices ».

As-tu toujours vécu et travaillé à Québec ?

Je suis né, j’ai grandi, étudié, vécu et travaillé dans la ville de Québec. Hormis quelques séjours à l’étranger, plus ou moins longs, j’ai passé toute ma vie là-bas. 

Fizzer, c’est ton premier job en remote ?

Oui ! Cela dit, j’avais beaucoup d’affinités avec ce mode de travail avant de commencer chez Fizzer. Je cherchais activement un job en remote. En effet, dans les métiers tech, ça se fait beaucoup. 

Comment fais-tu pour t’organiser par rapport au décalage horaire ? Comment le vis-tu ?

Neige qui tombe sur le port de Québec

J’aménage mes horaires en fonction de mon agenda

Il est clair que j’axe une partie de ma journée autour de la collaboration avec mes collègues. Je suis, à la base, un oiseau de nuit. Mais avec Fizzer (et avec l’âge) j’ai commencé à faire basculer ma période de travail vers le matin petit à petit. C’est donc le matin que je fais mes calls et que je me synchronise avec l’équipe. C’est la seule chose que je fais de manière routinière. Sinon, je suis assez flexible. D’une journée à l’autre j’alterne mes horaires en fonction de ce que j’ai prévu durant la semaine. Si, par exemple, je rejoins des amis à l’heure du diner (déjeuner en français), je vais compenser en travaillant un peu plus tard. Il m’arrive même parfois de travailler toute la soirée. C’est l’oiseau de nuit en moi qui revient au galop !

J’essaie de limiter les interruptions pour pouvoir me concentrer

Par ailleurs, j’essaie, autant que faire se peut, de regrouper ma journée en un certain nombre de blocs de concentration. C’est essentiel pour me permettre de maximiser ma productivité. J’essaie de limiter les interruptions au milieu de l’après-midi. Je travaille 98% du temps depuis chez moi. Parfois sur le balcon, depuis mon bureau ou depuis le salon. Cela dit, lorsque je suis interrompu je profite de la perte de concentration pour me lever de ma chaise, me prendre un verre d’eau et me forcer à faire une vraie pause dans mon travail. Parfois, il m’arrive de faire des tâches ménagères ou de préparer des trucs pour le repas. Ça m’aide par la suite à retrouver mon état de concentration plus rapidement parce que j’ai effectué une coupure entre les deux périodes de ma journée.

Un petit tour à la salle de sport pour se libérer l’esprit

Parfois, il m’arrive au cours de ma journée de travail de saturer. Dans ce genre de moment, même si je me triture l’esprit sur un problème, on ne peut pas dire que je sois vraiment efficace. Mon remède ? Un petit détour par la salle de sport pour me défouler un peu. Il n’est pas rare qu’à mon retour j’apporte un regard neuf sur le défi qui m’accaparait l’esprit et que je sois alors en mesure de le résoudre plus rapidement.

3 restaurants/cafés à nous conseiller à Québec ? 3 spécialités québécoises à goûter à tout prix ?

Pour aller boire un coup entre potes, je recommande Noctem. C’est un pub/microbrasserie que j’affectionne tout particulièrement.

Pour manger un bon burger, il faut aller Chez Victor. Ce sont vraiment les meilleurs burgers de Québec à mon goût !

Et enfin pour les gourmands, ne manquez pas Chocolats Favoris. Leur spécialité ce sont les glaces trempées dans le chocolat, et c’est tout simplement dingue ! A goûter absolument. 

Autrement, pour manger une bonne poutine, il n’y a généralement pas besoin de chercher trop loin.

Et pour ce qui est des spécialités québécoises à ne pas manquer je dirais : les guédilles au homard, la tourtière et le pâté de l’île (d’Orléans). 

3 expressions typiques du Québec ? 

Ouf, pas facile ! 

– « Pas pire pantoute » (pas pire du tout)

– « Chum » (petit copain), « chum de gars/fille » (pote)

– « Virer une brosse » (Abuser de la bouteille)

3 visites incontournables à nous conseiller ? 

Rue dans le centre de Québec avant des passants

Pour l’été je conseille d’aller faire un tour du côté de l’Esplanade du Château Frontenac et de la rue Saint-Jean. Sinon, une balade vers le secteur Fontaine de Tourny et la Grande Allée. Et enfin, pour flâner au soleil, je suggère le Parc de la Chute-Montmorency. On peut y voir des chutes du Niagara version miniature ! 

Pour un séjour en hiver, je recommande de visiter une cabane à sucre. L’Esplanade du Château Frontenac vaut aussi le détour à cette saison-là de l’année. Un séjour au Canada en hiver serait, par ailleurs, bien dommage sans une expédition en chien de traineau. Enfin, la pêche sur glace est une activité à tester à tout prix si vous voulez vivre une expérience unique ! 

3 conseils pour pouvoir travailler depuis Québec ?

Question transport, si vous restez au centre-ville de Québec ou de Montréal, les transports en commun peuvent suffire. Autrement, nous vivons dans le culte de l’automobile et tout déplacement vers les périphéries vient avec son lot de complexité, donc la voiture sera nécessaire.

Pour ce qui est des rencontres sur place, je conseillerais d’aller dans les petits restaurants et cafés du secteur St-Roch, le hub technologique. Il y a beaucoup de petits pubs et de microbrasseries propices aux rencontres par là-bas.

Tes lieux préférés pour travailler à Québec ?

Chez moi ! J’y passe 98% de mon temps de travail. Louer un chalet ? C’est un peu cliché mais il m’arrive de travailler depuis la terrasse/piscine de mon papa.

Cet hiver, je risque de passer du temps chez mon beau-père pour travailler depuis sa maison de campagne.

Si tu devais citer une chose incontournable à faire à Québec ou au Canada, quelle serait-elle ? 

Incontournable ? Not an easy one ! Je pense que ça vaut la peine de passer dans une cabane à sucre et de faire de la motoneige ou des raquettes le lendemain d’une tempête de neige. D’ailleurs, vivre une bonne grosse tempête de neige, c’est quelque chose aussi !

Ta carte postale favorite du Canada sur Fizzer ?

Ce nouveau thème est chouette ! Sinon, j’aimais bien celui du Château Frontenac.

Travailler pour une entreprise française depuis Québec, comme Marco, ou ailleurs, c’est donc tout à fait possible. Si vous songez à vous lancer dans une aventure de ce type, nous vous y encourageons à 100%. Le travail en remote vous permettra de vous épanouir à l’étranger sans pour autant être déconnecté du monde et de vos proches. A propos de vos proches, n’oubliez pas de les tenir au courant de vos découvertes, grâce à nos cartes postales personnalisées par exemple. Elles font toujours plaisir à recevoir !