Profils de skieurs en cartes Fizzer
Tops

10 profils de skieurs que l’on connait tous : tout schuss, chasse-neige forever…

6 février 2020

Cet été on s’était adonné à notre petit plaisir coupable : l’analyse des différents profils de plagistes en vacances à la mer. Les vacances d’hiver étant imminentes, on ne va pas se gêner pour recommencer. Cette fois, on décrypte pour vous les 10 profils de skieurs types qu’on retrouve chaque hiver sur les pistes. Oui, oui, assumez-le, vous avez tou·te·s incarné au moins une fois l’un des énergumènes ci-dessous. D’ailleurs, nous aussi. Alors, saurez-vous retrouver votre alter ego à ski dans cette liste ? 

1. Le·a tout schuss

Les gens raisonnables commencent les schuss à peu près à la même hauteur sur les pistes : quand celle-ci paraît appropriée. Les skieurs tout schuss eux·elles font fi de toute prudence et aiment défier les lois de la physique. Genoux fléchis (aka « position caca » pour les plus classes), bâtons vers l’arrière, il·elle·s s’élancent tel·le·s des skieurs olympiques tout en haut de la piste… et affrontent les conséquences de leur choix tout en bas.

2. L’accro aux filets 

Ces skieurs se trouvent souvent en bordure des pistes, empêtré·es ou agrippé·es aux filets de sécurité orange pétant. On ne sait pas trop s’ils·elles aiment jouer avec le feu, si leur évaluation des distances est erratique ou si les filets les rassurent, mais ce qu’on sait c’est qu’ils·elles y sont totalement accro(ché·es). 

3. Le·la top model 

Quand vous partez au ski, vous êtes en mode survival plutôt que style. Vos essentiels : la polaire Gore-Tex, le passe-montagne, les lunettes de sportif·ve et la crème solaire en couche épaisse, pourvu qu’elle fonctionne. Bref, vous avez fait une croix sur votre look, conditions extrêmes obligent. Le·la top model, lui·elle, en a fait une priorité. Combi dernier cri, coupe parfaitement maîtrisée sous le bonnet et bronzage sans traces : la piste est son podium et les vacances d’hiver sa Fashion Week. 

4. Le·la freestyleur·se

On a tou·te·s un·e freestyleur·se parmi nos potes. Ce·tte casse-cou légendaire défie, quant à lui·elle, les lois de la gravité dès qu’un infime monticule de neige se dessine à l’horizon. Son habitat naturel ? Le snowpark. On l’y voit rider du matin au soir, sauf quand il·elle se retrouve à l’infirmerie des pistes pour cause de tremplin un peu trop ambitieux. 

5. Le·la chasse-neige forever 

Pas forcément un·e grand·e débutant·e, le·la chasse-neige forever (ou « chasse-la-neige » pour celles·ceux qui saisiront la référence) est avant tout un·e précautionneux·se de l’extrême. Son ennemi·e juré·e : le·la tout schuss qui lui file sous le nez à 60 km/h en manquant de lui faire déchausser ses skis. Le·la chasse-neige forever n’a aucun style, certes, mais il·elle a le mérite de ne jamais tomber. Respect. 

6. Le·la plagiste 

Vous en avez forcément croisé au moins une fois dans votre vie. Ce·tte skieur·se n’a que faire du concept des saisons. Son mot d’ordre : le confort. Pourquoi se trimballer avec mille couches sur le dos quand on peut aisément skier presque à poil ? Son·sa cousin·e c’est le·la plagiste des défis : souvent en EVG ou EVJF, il·elle parcourt les pistes en maillot de bain sous les regards éberlués des autres vacancier·e·s. 

7. Le·la photographe-vidéaste

On se demande parfois si ce·tte skieur·se est là pour le ski ou plutôt pour les souvenirs numériques qu’il·elle va en ramener. Reflex, GoPro, perche à selfie, il·elle a tout le matos. Tel·le un·e paparazzi des montagnes, il·elle mitraille aussi vite que vous chaussez vos skis. On a beau dire, mais on est tout de même bien content·e·s car grâce à lui·elle, on a toujours de super souvenirs de nos vacances ! 

8. Le·la pro, tout simplement

Le·la pro sait skier depuis l’âge de 3 ans, il·elle est studieusement passé·e par tous les grades de l’ESF : ourson, flocon, première étoile, étoile d’or et a même fait les compétitions freestyle (il·elle oublie d’ailleurs rarement de mentionner sa flèche de vermeil). On l’aperçoit essentiellement en haut des rouges, des noires à bosses et bien sûr en hors-piste, avec sa godille irréprochable et jamais sans ses propres skis (la location c’est so amateur). Toutefois, on lui dit merci quand il·elle va nous chercher notre ski perdu en haut de la piste qu’on vient de dévaler à plat vente, car, nous, on serait bien incapables d’en faire autant. 

9. Le·la c’est-quand-qu’on-mange 

Aussi connu·e sous le nom de « ventre-sur-skis », ce·tte skieur·se dépense autant de calories à ski qu’il·elle en ingère en resto de montagne. A peine sur le premier télésiège de la journée, on peut entendre son cri du cœur « c’est quand qu’on maaaange ? ». Il·elle coûte cher en crozets, tomme et viande des grisons ; alors, un conseil, ne l’emmenez pas pour faire vos courses au Sherpa du coin.

10. Le·la no-crème-solaire

Cette espèce très répandue de skieurs n’a pas le temps pour la crème solaire. Se pensant au-dessus des UV, il·elle dévale les montagnes les cheveux au vent et la tête en plein soleil. On connait tou·te·s son sort à la fin des vacances : 2 tubes de Biafine en poche, des rondelles de tomates sur le visage et un paquet de dolipranes pour pouvoir dormir. On a envie de lui dire : « je t’avais prévenu·e », mais on n’est pas cruel·le alors on se contente de lui remettre de la Biafine toutes les heures. 

Et vous, quel type de skieur·se êtes-vous ? Plutôt espèce menacée ou menaçante ? Skieur·se du dimanche ou skieur·se de l’extrême ? En tout cas, notre point commun à tou·te·s c’est l’amour de la glisse qui nous fait revenir avec toujours plus d’engouement aux sports d’hiver chaque année. Profil bonus : le·la fou·folle des cartes postales, qui n’oublie jamais de partager ses aventures à ski avec toute la famille !