Stories

Retrouvailles : vos plus beaux témoignages

26 juin 2019

Peut-être avez-vous entendu parler de l’histoire qui a tant ému les français·e·s à l’occasion du 75ème anniversaire du débarquement ? Il s’agit de celle du vétéran américain K.T. Robbins et de la française Jeannine Ganaye. Venu en France pour la commémoration du D-Day, K.T. Robbins a été conduit par surprise à la maison de retraite de Jeannine Ganaye, son amour de jeunesse. Ils s’étaient rencontrés en 1944 lors du stationnement des troupes américaines en Lorraine. Mais les aléas de la guerre avaient eu raison de leur idylle et les avaient séparés pendant… 75 ans. Leurs retrouvailles extrêmement émouvantes devant les caméras de France 2 ont bouleversé des millions de téléspectateurs·trices. Elles sont le témoignage de la sensibilité et de la loyauté humaines, qui permettent au lien qui unit deux personnes de subsister, même des années après. 

Notre but, chez Fizzer, c’est de célébrer tous ces moments uniques qui parsèment l’existence. Les souvenirs sont ce que nous avons de plus précieux. C’est pour cela que nous avons créé les cartes postales personnalisées. Non seulement car elles constituent un plaisir immense lors de la réception, mais parce qu’on est parfois encore plus touché lorsqu’on les ressort d’un tiroir des années après. 

Aujourd’hui donc, en l’honneur de K.T. Robbins et de Jeannine Ganaye, mais aussi de nos lecteurs·trices, nous souhaitons célébrer le pouvoir du souvenir. Pour cela, nous avons demandé à nos utilisateurs·trices par Facebook et Instagram de nous raconter leurs plus belles retrouvailles. Voici leurs témoignages.

« Une histoire de dingue » 

C’est l’histoire de Coraline qui avait perdu de vue son amie Sophie, du fait de leurs trains de vie trop différents. Un jour, Coraline est malheureusement licenciée économiquement et entreprend alors de contacter Pôle Emploi pour s’y inscrire. Sa conseillère téléphonique lui explique la marche à suivre, quand tout à coup elle se met à rigoler. Quelque chose fait alors immédiatement tilt dans la tête de Coraline. Cette voix derrière le combiné ressemble curieusement à celle de Sophie !

Ne pouvant en rester là, Coraline dit alors à sa conseillère que celle-ci a le même rire qu’une ancienne amie à elle, puis elle finit par lui demander si elle s’appelle Sophie. Ce à quoi Sophie répond oui ! De fil en aiguille, elles reconstituent leur parcours et reprennent là où elles s’étaient quittées. « Du coup, nous nous sommes retrouvées grâce à mon licenciement économique », s’amuse Coraline. Comme quoi… la vie a une manière bien à elle de créer de beaux moments à partir de situations négatives. 

Les deux Coco

Il s’agit cette fois de deux petites filles de 7 ans, respectivement Corinne… et Corinne ! Rien que leur prénom les destinait à être amies. Copines de primaire à Nancy, puis toujours ensemble au collège, elles ne se quittent jamais. Également toutes deux inscrites au même club de natation, l’ASPTT Nancy, les deux Coco parcourent ensemble des kilomètres à la nage, à en connaître par cœur tous les carrelages de la piscine municipale. Inséparables, Corinne et Corinne se suivent partout : à l’école, les weekend en compétition, et en vacances, lors des stages de natation. Mais le tourbillon de la vie, les cursus scolaires et les amours, les entraînent dans des sillons différents. L’une reste à Nancy tandis que l’autre part rejoindre l’amour dans le Midi.

« Souvent, en allant nager, en passant dans certains quartiers de Nancy, je pensais à elle », nous confie Corinne, restée sur place. Jusqu’à ce qu’un beau jour, elle se propose en tant que bénévole pour le premier meeting national de l’ASPTT Nancy. Elle y rencontre alors leur bienfaiteur : un monsieur disant connaître leur ancien entraîneur. Corinne de Nancy est alors amenée à évoquer l’autre Corinne, partie dans le Midi pour suivre son bien-aimé. Le monsieur dit la connaître et lui montre alors le profil Facebook de cette dernière. Corinne de Nancy contacte alors Corinne du Midi et le courant passe à nouveau immédiatement. L’émotion est très forte, même par écrit. « Ce dimanche nous nous appelons, et discutons comme si nous nous étions quittées il y a deux jours », s’émerveille la première.

Retrouvailles des deux Corinne, photo d'école

Les 40 ans d’absence ne semblent avoir eu aucune incidence sur leur amitié. Elles évoquent tous leurs souvenirs passés : elles se sont même mariées à une semaine d’intervalle ! Les vieilles blagues ressortent : « Tu te rappelles, tu disais que quand tu serais grande tu ne te marierais pas avec quelqu’un qui ronfle et… qui sent des pieds », s’exclame Corinne du Midi.

« Corinne m’a adressé cette belle photo prise le jour de ses 13 ans… en 1974 ! Je suis la porteuse d’une sorte de marcel avec un sous-pull (je vais porter plainte contre ma maman qui m’habillait ainsi) et Corinne est à côté de moi. »

Ces retrouvailles virtuelles sont une véritable cure de bonheur pour les deux Coco. À tel point qu’elles décident de rattraper le temps perdu et de se revoir pour de vrai dès que possible. Après tout entre Hyères et Nancy, il n’y a que 800 kilomètres. Et quand on sait tous ceux qu’elles ont parcourus ensemble à la nage, ce ne sont pas quelques heures de voitures qui vont les effrayer ! De bien jolies retrouvailles !

Des retrouvailles sous le signe du 23

Un été en 2004, Hélène rencontre Charlotte dans un camping. Celle-ci a le même âge et est également née un 23. 23 juillet pour Charlotte et 23 novembre pour Hélène. Les atomes crochus aidant, les deux filles deviennent immédiatement amies. « Elle est alors devenue ma 23 », nous raconte Hélène. Une fois l’été fini, les deux copines s’échangent des lettres pendant plusieurs mois, jusqu’à ce que la correspondance finisse par s’essouffler et s’arrêter.

En 2014, Hélène se rend à Paris avec une amie. Lors d’un trajet en métro elle tombe sur… Charlotte !  La surprise et la joie sont grandes mais le trajet est court, et Hélène et Charlotte ne parviennent à échanger que quelques mots et leurs coordonnées respectives. Depuis, bien qu’elles n’aient pas encore eu la chance de se revoir, elles restent en contact et se parlent régulièrement. Chacune reprend pour l’autre les étapes cruciales de sa vie, comme quand Charlotte s’est mariée. Malgré les dix ans d’interruption, leur amitié a subsisté. « Et encore aujourd’hui, c’est ma 23 », se réjouit Hélène.  

Si, vous aussi, vous souhaitez partager avec nous vos moments d’émotion, de retrouvailles amicales, amoureuses ou familiales, n’hésitez pas. Contactez-nous via nos réseaux sociaux ou écrivez-nous à hello@fizzer.com. Toutes les belles histoires valent la peine d’être racontées, et nous adorerions entendre la vôtre !