Trollaskagi vue sur Akureyri
Fizzer Life

Remote – Margaux a posé ses valises en Islande

En France, le froid commence à montrer le bout de son nez et, à l’approche des fêtes, tout ce que l’on recherche, c’est cette atmosphère féérique : de la neige, du froid, des lumières de Noël, des moments réconfortants près du feu. Début décembre, Margaux a posé ses valises en Islande et sachez qu’elle a pu y trouver toutes ces choses si agréables. Alors oui, l’Islande en hiver, ça peut faire peur ! On s’imagine des routes glacées, des tempêtes de neige, des températures bien en dessous de zéro degrés… eh bien vous avez raison ! Mais, au delà de ça, l’Islande en hiver rime avec paysages enneigés et ciel rose, aurores boréales, décorations de Noël à foison, sources chaudes et geysers. Bref, l’Islande en hiver, Margaux vous le recommande ! Un voyage magnifique à partager avec vos proches par carte postale.

Comment t’es-tu préparée à ce voyage en hiver ou pourquoi avoir choisi cette période ?

La saison touristique en Islande démarre habituellement fin mars, lorsque les dernières neiges fondent, que le soleil fait son grand retour et surtout : que les routes des Highlands rouvrent. Alors, si vous n’aimez pas visiter un pays en même temps qu’une horde de touristes, pensez à l’envers : visiter-le hors-saison ! 

Plus sérieusement, lorsque je pensais à l’Islande, j’imaginais toujours des paysages enneigés et des aurores boréales. L’hiver étant la meilleure période pour les observer, le choix était vite fait ! Date fixée, j’ai réservé mes billets via Skyscanner avec la compagnie Transavia

Un aller-retour pour 1 semaine en Islande : 98€ par personne. 

Sûre de partir, je me suis ensuite renseignée sur la météo, le matériel nécessaire ainsi que les itinéraires possibles. J’ai pu trouver toutes ces infos en lisant des articles de blog, mon guide Lonely Planet et le site Guide to Iceland. Grâce à ces lectures, j’ai pu m’organiser autour de 5 points :

1. L’ensoleillement :

Ce qu’il est important de savoir, c’est qu’en hiver, il n’y a que très peu d’ensoleillement. Globalement, le soleil se levait aux alentours de 10h30/ 11h et se couchait vers 15h30/16h. Vous avez donc une fenêtre de tir de 5 heures pour admirer les paysages. Autrement-dit, organisez-vous pour faire les trajets en voiture de nuit. Oui, ça peut faire peur, mais croyez-moi, c’est beaucoup plus facile que ce qu’on s’imagine.

2. La météo :

En Islande, la météo est changeante. Il est impossible de prévoir la météo sur une semaine. Du coup, nous nous organisions au jour le jour, tout en ayant grossièrement dessiné un itinéraire avant d’arriver dans le pays. Nous avons commencé le séjour à 0°C sous la pluie, nous avons eu de forts vents en milieu de semaine, la température est montée à 10°C puis nous avons terminé le séjour sous la neige puis la glace à -15°C, tout cela en 1 semaine. Gudrun, notre hôte pour les premiers jours nous a conseillé ce site yr.no pour obtenir une météo fiable du pays. 

3. Le matériel :

Vous vous en doutez, avec une météo pareille, il faut bien s’équiper ! Au menu, des vêtements de ski, des doubles voire triples couches et des crampons. L’avantage des superpositions de vêtements c’est que, dès que vous avez un coup de chaud, vous pouvez vous tempérer en enlevant un vêtement. J’avais donc emmené avec moi :

  • Polaires
  • T-shirts et premières couches
  • Leggings
  • Jeans
  • Bonnet
  • Gants
  • Cache-cou
  • Chaussettes de ski
  • Chaussures de randonnée de la marque Aigle
  • Manteau de ski The North Face
  • Maillot de bain (à ne pas oublier !)

Chaque jour, je portais plusieurs couches : le legging sous le jean, la sous-couche et la polaire sous le manteau de ski. C’était parfait ! J’ai juste eu un peu froid aux orteils lorsqu’il faisait -15°C. 

4. L’état de la route et la conduite :

L’hiver en Islande, il faut s’attendre à de la neige et de la glace. Les routes au centre de pays étant fermées, vous circulez principalement sur la route circulaire numéro 1. Ensuite, vous pouvez emprunter quelques routes secondaires lorsque cela est nécessaire. Selon la météo, certains axes se voient fermés, il faut donc vous adapter ! Voici quelques conseils à suivre :

  • Louez un 4×4 et prenez une assurance complète ! Mes amis et moi avions loué un Suzuki Vitara chez Blue Car Rental (agence au top !). Nous avons pris toutes les assurances possibles (+168€) et heureusement pour nous car cela nous a servi ! Dès le premier jour, en croisant une voiture au nord du pays, nous avons reçu un gravier dans le pare-brise. Le choc a été tellement fort qu’il s’est brisé en plusieurs points. Tout a été pris en charge par l’agence, ouf !
  • Téléchargez la carte d’Islande sur votre téléphone via Google Map. Ainsi, vous pouvez toujours vous guider même en l’absence de réseau !
  • Regardez l’état des routes en direct grâce à safetravel.is. Grâce à ce site, vous pouvez visualiser les routes fermées et l’état des routes ouvertes : circulation facile, route enneigée, verglas etc. Très pratique !
  • Ayez confiance en vous ! Lors de ce voyage, nous avons fait l’expérience de la conduite sur la neige et le verglas. Ça s’est très bien passé ! Les voitures sont tout à fait adaptées à ce genre de météo (pneus neige cloutés) et les Islandais y sont habitués. Les règles à retenir : garder une distance de sécurité élevée et éviter de piler. Bon, si vous ne vous sentez pas de conduire à l’islandaise (90km/h sur la neige), vous pouvez ralentir 😉

5. Tricount, une app géniale pour les voyages entre amis :

Sur place, nous n’avons pas séparé les dépenses. L’un payait le restaurant pour tous, l’autre l’essence etc. Pas besoin de faire des calculs interminables pour savoir qui doit combien à qui, Tricount se charge de tout ! Vous entrez la dépense que vous venez de faire, vous l’attribuez à vos amis et pof, Tricount vous indique ce que vos amis vous doivent, ou ce que vous devez aux autres. 

Que voir en Islande en hiver ?

Trollaskagi vue sur Akureyri

Bien que les routes des Highlands soient fermées, il y a tout un tas de paysages somptueux à découvrir en Islande en décembre : des cascades, des montagnes, des aurores boréales, des sources d’eau chaude et c’est sans compter sur la présence (en nombre) des chevaux islandais ! En 1 semaine, je n’ai pas eu le temps de me rendre à l’est, mais voici l’itinéraire que j’ai suivi : 

Le Nord

Dès mon premier jour en Islande, j’ai rejoint la ville de Dalvik au Nord du Pays. Depuis l’aéroport de Keflavik, comptez environ 5 heures 30 de route. Je suis restée 4 jours dans la région et ai pu découvrir : 

 Tröllaskagi ou La Péninsule des Trolls : 

Tröllaskagi est une péninsule bordée par deux fjords, Skagafjörður et l’Eyjafjörður. C’est ici que j’ai vécu l’un de mes moments favoris ! La région est très montagneuse, avec des glaciers à perte de vue, des routes escarpées qui mènent à de petits villages de pêcheurs. Maintenant, quand je penserai à l’Islande, je penserai aux montagnes qui plongent dans une eau d’un bleu profond. Vous savez, ce bleu si foncé qu’on le confond avec du noir. Nous avons arpenté la péninsule pendant 7 heures d’affilées, jusqu’à longer le point le plus au Nord, au bord de la mer du Groenland. Après un long tunnel doté d’une seule file (priez pour que personne n’arrive en face), nous sommes arrivés à Siguljordur, la plus belle ville que j’ai été amenée à voir en Islande. Cette ville est nichée entre deux montagnes et n’est accessible qu’en traversant deux tunnels. Notre surprise là-bas, de jolies maisons décorées pour Noël, un beau port, une ville protégée par les montagnes et enfin… une poissonnerie vendant ses fish and chips à la sortie du bateau… le meilleur que j’ai pu goûter en Islande.

Akureyri, la capitale du nord : 

Akureyri est la seconde plus grande ville du pays, après Reykjavik. Elle comptabilise 18 000 habitants ! Nous y avons fait escale le temps d’une journée pour découvrir quelques boutiques dont la fameuse marque Geysir. Mais ce que nous avons le plus aimé, c’est la Christmas House, un adorable village dédié à Noël. Lorsqu’on y arrive, on voit des enfants qui grillent leurs chamallows près d’un feu de camp, des familles qui dégustent du vin chaud, des boutiques chaleureuses qui proposent décorations et produits locaux. J’ai adoré !

Les sources chaudes de Mývatn : 

Sources chaudes de Mývatn Islande Nord

Vous me voyez venir avec mes sources chaudes ! Oui, quand on pense à l’Islande, on pense aux sources chaudes, à ces fumées qui s’échappent du sol, à ce sable volcanique, à ces eaux à 40 degrés et plus. En préparant le voyage, j’entendais toujours parler du célèbre Blue Lagoon, cette source située à quelques kilomètres de Reykjavik. Plus on étudiait la question et plus on se disait : c’est rempli de monde et c’est super cher ! Du coup, on a trouvé son équivalent au Nord du pays, tout aussi beau, personne à l’horizon avec un prix divisé par deux. Nous nous sommes donc rendus au Myvatn Nature Bath. Le lieu est somptueux ! Vous arrivez au beau milieu de fumées, vous vous changez et vous courez pour rejoindre la source et passer du 0° au 40°. Le cadre est magnifique : l’eau est bleue turquoise, vous êtes enveloppé d’une fumée blanche, vos pieds sont massés par le sable volcanique et vous vous baignez tout en admirant les montagnes au loin. J’ai adoré cette expérience et je vous la recommande vivement si vous séjournez au nord. 

La cascade Goðafoss : 

Cascade Godafoss Islande

La cascade de Goðafoss se situe à 40 minutes des sources de Myvatn en voiture. Autrement-dit, c’est sur votre chemin ! Cette cascade est surnommée la Cascade des Dieux et est l’une des plus belles d’Islande. La cascade possède un fort héritage religieux lié au Moyen-Âge puisqu’en l’an X, le pays est tiraillé entre le paganisme et le christianisme. Le pays décide alors d’adopter une religion officielle. Il est ainsi demandé au faiseur de loi Þorgeir Þorkelsson de prendre la décision : opter pour le paganisme ou christianisme. Pour cela, il se retire pendant 1 jour et 1 nuit puis annonce comme religion officielle le christianisme. Pour montrer l’exemple, il jète dans cette fameuse cascade les idoles des anciens dieux, parmi lesquels Odin et Thor. L’accès à la cascade se fait très facilement. Vous n’avez qu’à marcher quelques mètres depuis le parking. Attention à la glace ! C’est ici que vos crampons seront utiles ! 😉

Varmahlíð, Hvítserkur et les chevaux islandais : 

Varmahlíð est une petite ville située à l’ouest de la péninsule de Tröllaskagi. Là-bas, vous pourrez vous arrêter à Alþýðulist, une charmante boutique dans laquelle vous pourrez trouver des pulls islandais, des bonnets et cache-oreilles et beaucoup d’autres objets à emporter dans votre valise ! Non loin de la ville se trouve la ferme historique de Glaumbær qui vous permettra de découvrir l’architecture typique des fermes aux toits de tourbe. 

La région de Varmahlíð est d’ailleurs également réputée pour ses chevaux. Sur votre chemin, nombreux seront les chevaux islandais, ces chevaux qui disposent de quatre à cinq allures ! Le pas, le trot, le galop, le tölt et l’amble volant ! Ce cheval a débarqué en Islande avec les tous premiers colons à bord des navires vikings entre 860 et 935 après J-C. Depuis le Xème siècle, l’importation de chevaux est interdite en Islande et ce, pour préserver cet adorable cheval islandais. 

Enfin, après 2 heures de routes supplémentaires et quelques chemins caillouteux, vous découvrirez Hvítserkur. Ce rocher de 15 mètres de haut est surtout connu pour sa légende. Selon elle, ce rocher serait un troll pétrifié par le soleil alors qu’il jetait des pierres sur un monastère. Là-bas, vous y verrez également une jolie plage de sable noir.

2. Le Sud

Au Sud, c’est un tout autre paysage : des cascades plus hautes, des geysers, des falaises et des plages de sable volcanique. 

Le champ volcanique de Geysir :

Si vous voulez voir un geyser, c’est par ici ! À 1h30 de Reykjavik, ce parc vous permet d’observer des sources chaudes dont les geysers Geysir et Strokkur. Si le premier ne semble que rarement en activité, le second surgit toutes les 5 à 10 minutes. Un joli spectacle à ne pas manquer !

Du côté des cascades : Seljalandsfoss et Skogafoss

Si Goðafoss était réputée pour sa largeur et son débit, vous serez impressionnés par la hauteur de ces cascades. À Seljalandsfoss, vous pouvez emprunter un petit chemin qui vous mènera derrière la cascade. À Skogafoss, vous pouvez directement aller au pied (attention ça mouille) et carrément au sommet en empruntant un (long) escalier. Après des heures de voiture, ça dégourdit les jambes, je vous l’assure ! Après cette visite, je vous recommande de déguster le fish and chips de Mia au Mia’s Country Van à deux pas de Skogafoss. C’est délicieux !

Du sable noir à perte de vue : falaises de Dyrholaey et plages de Reynisfjarja

Si vous avez opté pour un 4×4, je vous recommande de vous rendre aux falaises de Dyrholaey pour admirer la vue et prendre l’une des photos les plus populaires d’Instagram en Islande ! 😉 Ici, vous pourrez admirer une plage de sable volcanique se mêlant à la neige et à la mer, tout cela vu de très haut ! Après ce beau spectacle, rendez-vous à Reynisfjarja pour voir ce sable de plus près et admirer les formations rocheuses, des colonnes de basalte qui plongent dans la mer. Attention aussi, les touristes se font souvent surprendre par les vagues et ça, j’ai pu le voir à maintes reprises. Bon, je l’avoue, j’ai aussi bien sprinté pour en éviter une… 

3. Reykjavik, la capitale

J’ai pu séjourner 3 nuits à Reykjavik et l’ai vraiment visitée en une journée et une soirée supplémentaire. Pour admirer la vue, je vous conseille de vous rendre au sommet de Hallgrímskirkja, une église luthérienne mesurant 74,5 mètres de haut. 

Ensuite, direction Laugavedur pour une partie de shopping ! La rue commerçante est remplie de boutiques en tous genres : des boutiques de souvenirs, des boutiques de pulls islandais, des friperies, des ateliers d’artistes. Il y en a pour tous les goûts ! Personnellement, j’ai trouvé mon bonheur chez Geysir. 😀 

Quels hébergements nous recommandes-tu ?

Pendant le voyage, nous avons séjourné dans deux logements différents, l’un au nord du pays près de Dalvik, l’autre à Reykjavik. Tous deux ont été réservés via Airbnb et tout s’est très bien passé ! 

Ce qu’il faut savoir, c’est que l’hébergement représentera une grande partie de votre budget. Se loger en Islande, ça coûte cher ! Mais sincèrement, après ce que je vais vous montrer, vous allez vous dire que ça vaut le coup ! Bien que le second logement à Reykjavik ait été pratique, je préfère vraiment vous recommander le premier, mon grand coup de coeur : Skriða

Skriða

Voici mon logement favori ! Skriða est une maison au nord de l’Islande appartenant à Gudrun, une hôte adorable qui nous a apporté de grands conseils pendant notre séjour. Cette magnifique maison se situe à 15min de Dalvik et est entourée de montagnes. C’est cool à savoir quand on sait que la maison est totalement vitrée. Ça fait beaucoup d’occasions d’admirer le paysage ! Là-bas, si la météo vous le permet, vous pourrez admirer les aurores boréales depuis le jacuzzi. La maison dispose de trois chambres, d’une salle de bain super propre, d’un grand salon et d’une cuisine. Vous aurez facilement de la place pour garer votre voiture et un truc super : le parquet est chauffé. C’est très réconfortant après une journée dans le froid. Bref, cette maison est géniale et je vous conseille vivement d’en profiter ! Pour la découvrir, c’est par ICI

Où manger en Islande ? Faire ses courses, restaurants…

En 1 semaine, nous avons opté pour plusieurs options : la cuisine, la street food et un restaurant. Manger au restaurant en Islande est plutôt coûteux. Si vous êtes adeptes de poisson et de mouton, vous allez vous régaler. 

Cuisiner par soi-même 

Lessivés après de longues journées de découverte, nous avons souvent préféré cuisiner par nous-mêmes dans la maison de Gudrun. Nous avons donc, comme de bons locaux, fait nos courses dans les supérettes du coin à savoir : Kronan, Krambúð ou Netto. Là-bas, vous y trouverez tout ce qu’il vous faut. Surtout, n’achetez pas d’eau en bouteille ! Elle est égale à celle du robinet en terme de qualité. L’eau d’Islande est extrêmement pure grâce aux glaciers et à la roche volcanique qui filtre le tout. 

L’expérience du hot-dog ou pylsur

Oui, en Islande, on mange beaucoup de hot-dogs, surprenant non ? Lorsque vous y prendrez votre première bouchée, vous vous demanderez alors de quelle viande est constituée la saucisse. D’agneau bien sûr ! Pas de ketchup ou mayonnaise pour votre hot-dog mais des oignons frits accompagnés d’une sauce à base de moutarde, de câpres et d’herbes. Où trouver un hot-dog ? C’est simple : dans la station service la plus proche ! Sinon, vous pouvez vous rendre au Bæjarins beztu pylsur, le meilleur hot-dog d’Islande situé à Reykjavik. Je vous conseille de tester les deux pour comparer. 

Le fish and chips super frais !

Des fish and chips, il y en a à tous les coins de rue mais pendant ce voyage, j’ai pu en tester deux et je vous les recommande ! 

Mia’s Country Van :

Rendez-vous au sud du pays à deux pas de Skogafoss pour déguster, selon beaucoup d’internautes, le meilleur fish and chips d’Islande. Le van vous attend tous les jours de 12h à 16h. Vous pourrez commander et manger sur des tables en bois avant de poursuivre votre périple. 

Fish and Chips Siglufjörður :

Ce fish and chips situé à Siglufjörður est directement intégré à une poissonnerie. Honnêtement, c’est celui que j’ai préféré. Le poisson y était d’une grande qualité et j’ai adoré l’atmosphère de la boutique. Un délice ! 

Une bonne soupe au Svarta Kaffid

Soupe Svarta Kaffid Reykjavik

Maintenant, je vous emmène à Reykjavik pour déguster une soupe traditionnelle plutôt originale puisqu’elle se déguste dans un bon pain ! Le restaurant Svarta Kaffid propose deux soupes : une à la viande, une végétarienne. J’ai opté pour la végétarienne composée de chou, un délice ! Après avoir bu votre soupe (bien consistante), vous pourrez terminer votre repas en mangeant la boule de pain qui vous aura servi de bol ! Vous pourrez également y déguster une bonne bière du pays. Comptez environ 15€ pour une soupe. 

As-tu pu observer des aurores boréales ?

Aurore boréale Dalvik

C’est LA question que tout le monde se pose ! Ai-je vu ces fameuses lumières du nord ? Tout d’abord, pour les voir, il faut que certaines conditions soient réunies :

  • un ciel dégagé
  • une forte activité solaire
  • pas de pollution lumineuse

Pour cela, je me suis rendue, comme vous le savez, à Dalvik, dans la maison de Gudrun. Tous les soirs, nous avons essayé de les apercevoir : dans le jacuzzi et nous avons même bravé de grosses bourrasques pour rester allongés sur la terrasse enroulés dans nos manteaux de ski. J’en ri quand je repense à la scène. C’est à se demande si j’allais m’envoler. Bref, vous l’aurez compris, ça a été compliqué de les observer car le ciel était toujours couvert mais… j’ai pu en prendre en photo ! Après de longues soirées d’attente, il était 1h30, j’étais dans mon lit et je ne voulais clairement pas terminer ce séjour sur une défaite. J’ai donc regardé le ciel et je distinguais des trainées blanches, sans couleurs. J’ai pris la GoPro, je l’ai réglée en pause longue (30 secondes), iso à entre 800 et 1600 et j’ai attendu, sans grand espoir. Et là… mon dieu, sur ma photo, il y a des trainées VERTES ! Ma GoPro a vu l’aurore boréale alors qu’on ne la distinguait pas vraiment à l’oeil nu ! Voilà. Cette photo n’est esthétiquement pas géniale mais c’est l’un de mes meilleurs souvenirs du séjour. 

Pour suivre l’activité des aurores, je vous conseille l’application My Aurora Forecast & Alerts qui vous indique les probabilités de voir une aurore, l’activité solaire, la couverture nuageuse etc.

Quels sont tes meilleurs souvenirs de ce voyage ? 

  • Les soirées entre amis dans le jacuzzi sous le ciel étoilé
  • La chasse aux aurores boréales contre vents et marées 
  • Les sources chaudes de Myvatn
  • Les montagnes et les eaux foncées du Nord