Vacances à la mer, les types de plagistes, vue aérienne
Tops

Vacances à la mer : quel plagiste êtes-vous ?

Chaque année, les vacances à la mer nous donnent l’occasion d’observer des phénomènes récurrents. La plage est un microcosme où l’on voit défiler tous types de profils, analysables par leurs comportements typiques. Chacun·e d’entre nous possède sa personnalité de plagiste bien à lui/elle, qu’on le veuille ou non. Chez Fizzer, vous le savez, on aime dresser des listes. Aujourd’hui, nous avons donc répertorié les types de plagistes pouvant être aperçus sur les plages de France et de Navarre. Cette liste n’est pas exhaustive… mais peut-être y retrouverez-vous votre profil ?

Celui/celle qui emmène sa maison à la plage

Aussi connu sous le nom de bernard-l’hermite des plages, ce·tte vacancièr·e est toujours équipé·e. Aucun imprévu possible pour ce·tte planificateur·trice de l’extrême, qui ne voyage jamais sans sa maison sur le dos. D’ailleurs, il/elle passe plus de temps à dépanner les autres que lui/elle-même. Vous vous êtes coupé·e avec une cannette ? Pas de problème, sa trousse à pharmacie est là. Vous avez soif ? Il y a des litres d’eau en stock. L’ennui s’empare de vous ? Votre ami·e vous propose un assortiment de livres et magazines parmi lesquels choisir. Sa devise ? Mieux vaut prévenir que guérir. On ne saurait le/la contredire. 

Celui/celle qui colle sa serviette au plus près des autres

Il/elle est sans nulle doute le/la plus sociable de toute la plage. L’isolement et l’intimité, très peu pour lui/elle. De plus, pourquoi se compliquer la vie à dénicher un coin sans personne quand il suffit de se mettre près des autres qui ont déjà trouvé les bons spots ? Si vous voyagez avec lui/elle, il y a fort à parier que vous rentrerez de vos vacances à la mer avec de nouveaux ami·e·s. Rien n’effraie ce·tte plagiste-là, surtout pas la proximité.

Celui/celle qui ne met jamais de crème solaire

Indiana Jones de la plage, il/elle vit tout en mode aventure de l’extrême. Avez-vous déjà vu les aventurier·e·s se mettre de la crème solaire ? Non. Et bien c’est pareil pour lui/elle : la protection relève du superflu. Et pourquoi s’encombrer quand on peut faire avec le strict minimum ? En revanche, s’il/elle fait le/la fier·e quand vous proposez votre tube, c’est rarement la tête haute qu’après coup il/elle admire ses traces de bronzage, de l’extrême elles aussi. 

Celui/celle qui transforme la plage en discothèque

Certain·e·s voient la plage comme un lieu de repos, propice aux siestes et à la lecture silencieuse. D’autres en ont une conception diamétralement opposée. Ces David Guetta des plages aiment faire la fête mais ce n’est pas tout : ils sont généreux. Leur devise : aimer c’est partager. Dénicheur·se·s de bons sons, ils/elles trouveraient cela bien triste que seuls leurs écouteurs puissent en bénéficier. Fermez les yeux, vous voilà à Ibiza. 

Celui/celle qui jette tout le monde à l’eau

Ce·tte farçeur·se né·e est une véritable terreur des plages. Avec elle/lui dans les parages, impossible de faire votre sieste tranquille, tant vous redoutez un largage à l’eau inopiné. Mais on peut difficilement leur en vouloir. Être tout·e seul·e dans l’eau, c’est un peu nul. Au fond, les lanceurs fous sont juste des âmes en peine qui ne demandent qu’à ce qu’on vienne leur tenir compagnie. Et puis, avouez-le, sur le coup c’est très froid, mais une fois que vous êtes dans l’eau, vous n’êtes pas si mécontent·e d’y être, si ? Cela vous évite au moins la longue agonie de l’entrée progressive dans la mer que vous vous infligez chaque été.

Celui/celle qui ne tient pas en place et n’est jamais sur sa serviette

Pour cet·te hyperactif·ve des plages, la serviette n’est rien d’autre qu’un instrument d’essuyage. Un spot temporaire pour faire bronzette ou lire le journal ? Très peu pour lui/elle. Il y a tant d’autres choses à explorer à la mer ! Beach volley, nage, château de sable, raquettes, cerf-volant, tout y passe. Sa bougeotte sans fin lui fait changer d’activité toutes les demi-heures, souvent devant les yeux ébahis des autres plagistes dont l’énergie est tout juste suffisante pour s’étaler de la crème dessus et siroter un mojito. 

Celui/celle qui bronze en toute circonstance 

Ce·tte vacancier·e là vient en vacances à la mer en mission. L’arme fatale de ce·tte 007 du bronzage : un flacon de monoï et une technique infaillible. Il s’agit du tourné-retourné millimétré. Une demi-heure sur le ventre, une demi-heure sur le dos. Et ainsi de suite jusqu’à ce que le soleil ait dardé son dernier rayon. Le but de la mission ? Un bronzage 100% uniforme, garanti sans coup de soleil et traces de maillot. Mais qui se cache vraiment derrière toute cette pression ? Pour certain·e·s c’est juste l’amour du soleil, pour d’autres c’est le concours de bronzage avec tonton Georges à la rentrée. Chacun·e ses priorités !

Celui/celle qui ne bouge pas de sa serviette 

Cet·te ultime plagiste reste collé·e à sa serviette tel·le une arapède à son rocher. N’essayez pas de les détacher, ils/elles sont inséparables. Ce·tte vacancier·e est l’extrême opposé de l’hyperactif·ve des plages. Sa religion ? Le far niente. Sa devise ? Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Exceptionnellement, ce·tte plagiste quitte le confort de son habitat naturel, la serviette, pour aller se mouiller les orteils. Mais ne lui parlez pas d’activités sportives ou de jeux de société. La plage c’est pas un marathon, ok ? 

Si vous avez la chance de partir en vacances à la mer cet été, à votre tour de jouer les détectives privés. Si, depuis votre serviette, vous pouvez repérer une personne correspondant à chacun des profils décrits ci-dessus, vous avez le combo gagnant ! Par ailleurs, n’oubliez pas votre appareil photo pour immortaliser les meilleurs moments à la plage avec vos proches, à envoyer ensuite par carte postale personnalisée à ceux que vous ne reverrez qu’à la rentrée.